BIO versus ORGANIC : un choc de cultures…

LONDRES : SO TRENDY, SO ORGANIC….

Londres où le bio n’est pas bio mais organic, beau et tendance. Le packaging des produits donne envie, la mise en scène des boutiques devient appétissante, l’offre moderne, gourmande et facile…

Organic1

Organic5
Organic3
Organic2

Londres, Mais pas seulement…

COPENHAGUE : GlOBAL ORGANIC LIFESTYLE

L’organic est un mode de vie, une évidence. Certaines enseignes en font même un mode managérial complètement abouti.

Ainsi, la chaine d’hôtels Guldsmeden affiche une philosophie très claire : Love Food, Hate waste. Comment pourrait-on d’ailleurs gaspiller des brunchs aussi délicats et goûtus ?
Mais au Danemark, une philosophie ne reste justement pas philosophique. Elle s’accompagne de véritables engagements. Par exemple la chaine a mis en place un « Sustainability Management Plan » qui précise et valorise l’impact environnemental de chaque poste. Des managers aux femmes de chambres, chacun est évalué et suivi dans le temps : une véritable démarche d’amélioration continue.

We are 100% organic and/or fair-trade, and will continue to support and cooperate with companies with a strong CSR and sustainable profile. It is our aim to become 100% organic, fair-trade and biodégradable… Précise la marque.

PARIS… SO FRENCH, SO SAD, SO BIO…

Paris est encore bio. C’est à dire triste. Et le marketing tarde à prendre sa place… ou s’il la prend, il ne sort pas des codes actuels peu appétissants…
Le Bio en 2013 a représenté un marché de 4,5 milliards d’euros : 83%  en GSA  et  magasins  spécialisés  Bio,  12%  directement  du producteur  au  consommateur  et  5%  par  les artisans-commerçants.

En grande distribution, les produits bio les plus vendus sont le beurre, les œufs et le lait, qui représentent 27% des ventes, suivis du petit-déjeuner (10% des ventes) et de l’ultrafrais (8 % des ventes)

Traduction en images sur le point de vente…
RV dans le temple snob du supermarché de quartier !

GE 1

La so chic, si belle et si rive gauche Grande Epicerie… Le summum du merchandising alimentaire… Après de nombreux mois de travaux, entre les nouveaux rayons et la cave, tous les produits sont simplement magnifiés.

GE 2

GE 3

La mise en scène des eaux est glamour, les légumes  hyper sexys dans leur camion… alors forcément, on se dit qu’à la Grande Epicerie, le rayon Bio va se transformer en super corner Organic ultra tendance…
Et bien non, à la Grande Epicerie aussi, le bio est un peu caché et mal rangé. La sélection légèrement plus pointue mais pas de quoi différencier la Grande Epicerie des autres supermarchés.

GE Bio2
GE Bio3

On remarque que si l’ultrafrais ou le frais sont les produits les mieux vendus, les codes de ses produits sont beaucoup plus marketés et surtout organisés au sein des produits traditionnels.

GE Bio4

Petit tour du coté des magasins spécialisés…

Naturalia, créé en 1973 compte 79 enseignes… Un beau réseau et pourtant…

La façade est le reflet de l’intérieur : désorganisée, peu accueillante malgré la bonne idée de mettre un petit parking à vélo (pas forcément placé au bon endroit dans ce cas).

Une fois la porte poussée, on retrouve le même désordre affiché en façade et l’envie de séduire n’est clairement pas au rendez-vous.
Si vous n’êtes pas un expert de la graine et de la pousse germée, le relai d’accompagnement n’est pas une priorité !  Etonnant car le site Internet, très complet, parle lui de ce fameux « Esprit Bio » et vous avez pléthores de conseils culinaires…

Naturalia4
Naturalia2
Naturalia3

Malheureusement en magasin, l’expérience client n’est pas valorisée et le débutant Bio a un premier contact plutôt compliqué, avec probablement une non découverte de toute la richesse de l’offre et ses bénéfices.

Summum, la conclusion de l’acte d’achat en caisse avec derrière un espace « Boulangerie » à la limite du présentable… en France, pays de la baguette !

Pourquoi le Bio Français ne parvient-il pas à vendre du rêve ?

L’équilibre alimentaire et les produits sains qui respectent notre planète sont ils obligatoirement voués à être déprimants ?

L’Organic, lui, a tout compris…L’Organic, c’est le bio mais avec le sourire ! Les consommateurs, même s’ils sont devenus experts, ont besoin d’un ré-enchantement de leur expérience d’achat. Puisqu’il faut faire les courses, autant les faire agréablement, avec du plaisir et des convictions.

En attendant ce « ré-enchantement » du Bio Français, n’oublions pas tout de même de très belles initiatives françaises.
De nouveaux concepts de restaurants fleurissent dans les quartiers bobos chics et branchouilles, proposant à la fois du beau et bon Bio avec un design tendance.

 

Ainsi, le Pinson tenue par Agathe et Damien. Agathe est férue de naturopathie, d’aromathérapie, de cuisine saine et gourmande. Damien, lui, est passionné de restauration.

Le résultat, c’est une parenthèse enchantée très design (on reconnaît le travail de Dorothée Meilichzon) durant laquelle on fait l’experience du Bio délicieux, agréable, et où le temps prend une autre valeur.

Unknown

pinson-new-1-728x999
sur-mesure-2-728x1092

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contact

×